Les données de Facebook pour lutter contre le Covid-19

Facebook a dévoilé un nouvel ensemble d’outils visant à aider les chercheurs à suivre la propagation du coronavirus qui utilise les réserves considérables de données personnelles de la société.

Cette initiative du géant de la Silicon Valley intervient alors que les autorités du monde entier se tournent vers les entreprises de télécommunications et de technologie pour les aider à lutter contre la pandémie, et fait suite à une annonce similaire de Google la semaine dernière.

Lutter contre le Covid-19

Facebook n’en est pas à ses premières armes dans la lutte contre les maladies : il fournit depuis plusieurs années des ensembles d’informations agrégées aux chercheurs en santé dans le cadre de son programme « Data for Good ». Mais sa dernière offre vise à fournir des outils spécifiques à la lutte contre les coronavirus.

À l’instar des rapports de mobilité de Google et des programmes qui utilisent les métadonnées de localisation, l’objectif des nouveaux outils de Facebook est d’utiliser les données sur les mouvements de population et la connectivité pour aider à prévoir la propagation du virus et fournir un aperçu de l’efficacité des mesures de confinement.

L’un des nouveaux outils de Facebook révèle la probabilité que des personnes d’une région entrent en contact avec des personnes d’une autre région, ce qui permet de prédire où les cas de Covid-19 pourraient apparaître ensuite. Un autre indique au niveau régional si les personnes restent près de chez elles ou si elles se rendent en ville.

Des données anonymes et groupées

La dernière nouvelle fonctionnalité utilise la connaissance presque unique de Facebook sur les connexions sociales en montrant la probabilité que les gens se connaissent à travers les états et les pays, aidant ainsi les chercheurs à prédire où la maladie pourrait se propager, la logique étant que les gens qui se connaissent sont plus susceptibles de s’infecter les uns les autres.

Facebook a déclaré que les outils utilisent des informations agrégées et anonymes et qu’ils prennent des mesures supplémentaires pour masquer l’identité des personnes et réduire le risque que quiconque puisse être réidentifié. « Par exemple, nos jeux de données peuvent montrer des informations au niveau d’une ville ou d’un county mais pas les habitudes des individus », a déclaré Facebook.